L'Union du Cantal 10 août 2005 � 00h00 | Par Renaud Saint-André

Une année favorable à la lentille de Saint-Flour

La relance de la culture de la lentille blonde en Planèze et pays de Saint-Flour s´avère
une réussite. La vingtaine de producteurs se félicite d´une récolte 2005 prometteuse.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Semée début avril, la lentille blonde est récoltée ces jours-ci. Loin des premières expériences conduites à la fin des années 90, sur seulement quelques centaines de mètres carrés, ce sont désormais une vingtaine d´agriculteurs qui cultivent ce légume sec sur 27 hectares. "Et cette année, le rendement devrait être bon", pensent-ils, à en juger par les premiers résultats de la récolte 2005. Entre 16 et 20 quintaux par hectare dégageront une marge nette de plus de 1 500 euros l´hectare. C´est l´entreprise locale de travaux agricoles Missonier qui est chargée du battage, pour le compte de l´association de producteurs.

Jusqu´à 20 quintaux par hectare

"Dès que le moment de récolter est venu, nous faisons appel à cette entreprise de Talizat qui, grâce à sa proximité, intervient rapidement", indique le permanent de l´association, Romain de Labalette. "Rester fidèle à cette entreprise permet en outre d´avoir une machine spécialement dédiée, donc toujours propre, et des conducteurs expérimentés qui connaissent désormais bien la lentille". Après quoi la production part à Cournon d´Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, où la blonde est triée ; elle revient ensuite en pays de Saint-Flour où le CAT est chargé du conditionnement : ensachage pour les particuliers et les professionnels. Car le réseau de distribution est disparate, de l´épicerie fine locale aux brasseries parisiennes qui écoulent un quart du volume produit. "Il nous reste à développer un potentiel de diffusion sur les secteurs d´Aurillac et de Clermont-Ferrand", convient Romain de Labalette.

Bientôt un label rouge et une IGP

Les démarches de certification, en cours, devraient conforter un réseau de distribution qui ne demande qu´à grandir. Le label rouge est un gage de qualité sur le produit ; dans un second temps, l´IGP protégera la zone de production. "Le rapport de Brigitte Navez, expert technique nommée par le ministère, est encourageant", estime Denis Bonneau, technicien à la Chambre d´agriculture, chargé des démarches qualité. Après lecture du projet en vue de l´obtention du label, Brigitte Navez juge ce dossier "intéressant, car il contribue à la revalorisation et la diversification des légumes secs. La lentille blonde de Saint-Flour apparaît bien, dans son créneau, comme une production de qualité". A la lueur des conclusions de l´expert, la commission nationale devrait étudier le dossier en septembre prochain. C´est également en septembre (les 12 et 13) que le groupe chargé de la certification IGP se rendra dans le Cantal examiner sur place ce projet, porteur d´avenir pour des éleveurs qui ont choisi de se diversifier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,