L'Auvergne Agricole 30 mars 2020 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Un seul mot d'ordre : manger du fromage AOP !

Conséquence des mesures de confinement, les consommateurs se sont rués sur les produits de première nécessité oubliant l'un des piliers du "manger français" : le fromage d'appellation d'origine contrôlée. Pour les professionnels, il est grand temps de les remettre au menu. C'est une question de survie pour toute une filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les AOP fromagères une richesse gastronomique à préserver par temps de crise.
Les AOP fromagères une richesse gastronomique à préserver par temps de crise. - © SC

Dans son communiqué de presse du 23 mars 2020, le Conseil National des Appellations d'Origine Laitières (CNAOL) craignait un appauvrissement alimentaire des assiettes des Français. « Nous y sommes. » déclare Michel Lacoste, éleveur dans le Cantal et président du CNAOL. « Durant les premières semaines de cette crise sanitaire, les Français se sont détournés de nos fromages AOP, allant vers des produits utilitaires et de première nécessité. Pendant ce temps, nos entreprises laitières et producteurs fermiers, en capacité de produire, ne peuvent plus écouler leurs produits. Nous demandons des mesures d'urgences aux pouvoirs publics et appelons les Français à manger du fromage sous signe de qualité et à retrouver leurs habitudes alimentaires d'avant la crise. »

Fermeture de l'ensemble des débouchés

Essentiellement commercialisées sur le territoire national, les AOP Laitières (45 fromages, 3 beurres et 2 crèmes) sont orphelines d'une part importante de leurs débouchés commerciaux. Après la fermeture de la restauration hors domicile (5% des ventes des fromages AOP) le 15 mars dernier, ce sont progressivement les grandes surfaces (80%) qui ont fortement réduits, voire fermés les rayons à la coupe par manque de personnel ou par mesures d'hygiène. 38% des volumes des fromages AOP étaient commercialisés dans ce rayon. Puis, ce fut l'annonce de la fermeture des marchés, le 23 mars. Les commerces spécialisées et magasins de proximité dont les marchés (15%) ont une place privilégiée pour favoriser l'achat des produits laitiers sous signe de qualité. En quinze jours, les entreprises laitières produisant des signes de qualité ont enregistré de forte diminution de leur chiffre d'affaires.

Des commandes en chute libre

Selon les entreprises, les commandes ont diminué de 25% à 80%. Demain, ce seront les éleveurs laitiers qui jetteront leur lait, si rien n'est fait. Mercredi 25 mars, un conseil européen des Ministres de l'Agriculture s'est tenu. "Aucune décision, aucune mesure n'ont été prises pour soulager les entreprises laitières AOP composées de fromageries privées ou coopératives nationales, de PME, de TPE et d'ateliers artisanaux ou fermiers", déplore Michel Lacoste. Présentes sur tout le territoire, les AOP Laitières permettent pourtant de créer de la valeur ajoutée et de maintenir une activité économique dans les zones défavorisées. « Le Cnaol implore les Pouvoirs Publics de prendre en compte l'extrême fragilité des AOP Laitières et d'agir. Le Cnaol demande des aides urgentes au stockage des fromages, à l'écoulement des surplus vers les marchés secondaires et à la régulation des volumes de lait. Enfin, éleveurs, producteurs, fromagers et affineurs nous appelons nos concitoyens à manger du fromage pour qu'après le confinement la diversité fromagère soit toujours une réalité. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui