L'Union du Cantal 23 juin 2010 à 15h22 |
Votre recherche : agriculteurs (1 fois)

“L’auberge” de Teissières vient d’ouvrir ses portes, le gîte et le couvert

Il n’y avait plus de commerce de proximité sur la commune depuis 2005. L’ouverture de l’Auberge vient de remédier à cela, proposant même quelques services complémentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.-M.A.

Deux visages rayonnants, visiblement très heureux d'être là. Julie Dupont et Lucas Limongelli sont depuis le 11 juin les responsables de l'Auberge, le multiple rural de la commune. Plus qu'une aventure humaine, c'est un véritable choix de vie qui a conduit le couple dans le Cantal et à Teissières. Elle est originaire d'Eure-et-Loir, lui de Franche-Comté. Julie a un cursus atypique mêlant gérance d'établissements et journalisme (télévision, presse écrite et radio). Lucas est cuisinier de formation. Les deux tourtereaux se sont rencontrés voici plus de trois ans en Belgique. Ils décident alors très vite de faire cause commune.

Un projet commun

"Ce projet, c'est un désir commun d'être à notre compte. Nous avions envie d'avoir tout un type de gens et de personnalités dans un même espace. Nous ne pouvions trouver cela que dans un petit village", explique le couple. Quitter le stress et l'anonymat d'une grande ville "pour retrouver un autre stress, certainement plus convivial avec des gens que l'on connaît ou que l'on apprendra à connaître". Et l'histoire est belle puisque le couple postule sur le site demaintv.fr, rubrique SOS village. "Nous cherchions un coin au sud de la Loire, un village de 200 habitants maxi avec une ville à taille humaine pas très loin". Le Cantal s'impose alors comme une évidence pour le couple. "Nous avons tout d'abord vu une offre sur Cros-de-Ronesque, mais elle ne convenait qu'à une personne. Du coup, ils ont transmis notre dossier à Teissières". C'était en juillet 2009. Quatre mois plus tard, le conseil municipal de la commune les appelle pour qu'ils viennent réaliser un repas en guise de test. Ni une ni deux, le couple descend de Bruxelles avec son matériel et improvise dans un lieu peu propice à la cuisine. Peu importe, le menu fait son effet, "mais surtout la personnalité et la disponibilité du couple durant ce repas", confirmera Yves Coussain, maire. Julie et Lucas apprennent la bonne nouvelle la veille de Noël. Le projet peut commencer. Le projet justement est d'ouvrir un bar, un restaurant, trois chambres d'hôtes et une petite épicerie de dépannage... L'ensemble des travaux a été pris en charge par la commune (financés aux deux tiers par le Département, l'État et l'Europe). Locataire des lieux, le couple devra reverser une redevance à la commune. S'il reste encore à finir les extérieurs, Julie et Lucas ont bien démarré leur activité, proposant repas-ouvrier, soirée étape VRP, une carte gastronomique le week-end, mais aussi un espace internet et une épicerie de dépannage... Julie et Lucas sont également fiers de pouvoir travailler des produits frais, "grâce aux agriculteurs et producteurs locaux. Nous sommes vraiment heureux d'être ici".

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

Max | 11 septembre 2013 à 18:29:10

Maxime.chaubet@bbox.fr

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,