L'Union du Cantal 29 juillet 2020 à 17h00 | Par P.Olivieri

FDSEA : la future Pac en ligne de mire de la nouvelle équipe syndicale

La FDSEA du Cantal a renouvelé son bureau autour de Joël Piganiol et Delphine Freyssinier. Au tableau dès la rentrée : les négociations sur la Politique agricole commune.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © UC

Dans les cahiers de vacances et les classeurs de la rentrée de la FDSEA 15, un gros chapitre : celui de la révision de la Politique agricole commune dont le calendrier va s’accélérer dans les prochains mois après qu’un accord a été trouvé entre chefs d’État et de gouvernement le 21 juillet sur le cadre financier pluriannuel de l’UE pour 2021-2027 (lire notre précédente édition du samedi 25 juillet 2020). “Les positions françaises seront probablement finalisées au cours de l’hiver 2021 pour une mise en œuvre de la nouvelle Pac au printemps 2023”, indique Joël Piganiol, reconduit à la présidence de la FDSEA.

Le syndicat cantalien entend lui rester fidèle à la feuille de route du Massif central : revaloriser l’ICHN (indemnité compensatrice de handicaps naturels), accompagner les systèmes fourragers herbagers, soutenir les productions de montagne (lait, viandes). “On va rester hyper vigilant, si on veut nous baisser l’ICHN, on fera sortir les troupes et il faudra que les éleveurs soient réactifs et mobilisés”, prévient Delphine Freyssinier, nouvelle secrétaire générale.

ICHN, soutien à l’herbe

Parallèlement, la FDSEA attend beaucoup d’une nouvelle définition du statut de l’actif et compte sur la FNSEA pour faire aboutir sa vision. “Pour nous, un actif, c’est un exploitant qui détient les moyens de production, travaille effectivement sur l’exploitation, dispose de la capacité professionnelle et ne touche aucune pension d’aucun régime de retraite”, détaillent Joël Piganiol et Delphine Freyssinier.

Second chapitre au programme : la concrétisation des attendus des États généraux de l’agriculture avec une construction des prix des denrées agricoles en relation avec leur coût de production. “Sur le lait, malgré toutes les difficultés des filières AOP, on espère un retour à une situation de marché normale cet automne et à un prix du lait conforme à l’indicateur AOP”, affiche le président de la FDSEA.

En viande bovine, s’il se félicite que l’appel de la FNB ait permis un net redressement des cours en viande finie (avec des prix supérieurs à 4 € entrée abattoir pour les vaches moyennes classées R), il fustige des cours des broutards anormalement bas “alors même que la dynamique à l’export - que ce soit vers l’Italie ou les plus tiers comme l’Algérie -, ne le justifie pas. Nous solliciterons à nouveau les opérateurs du marché du maigre au début de la grosse campagne broutards”, prévient l’éleveur de limousines.

À plus court terme, tous deux se disent attentifs sur l’évolution de la situation climatique : “Ça reste très fragile, certes la pluie arrivée tardivement fin avril a permis de faire des récoltes, mais hétérogènes sur le département. Des secteurs font déjà état d’un début de sécheresse, c’est le cas du Sud-Cantal”, commente Joël Piganiol qui relaie les inquiétudes du terrain sur le niveau des cours d’eau et l’abreuvement des animaux, notamment en estives.

Congrès FNSEA à Aurillac ?

En interne, président et secrétaire générale tracent trois enjeux : continuer à répondre aux besoins d’accompagnement individuel des adhérents au travers d’une palette de services(1), faire émerger de nouveaux responsables au travers de l’organisation d’un prochain congrès de la FNSEA “qui pourrait se tenir à Aurillac” et, enfin, déployer des outils numériques permettant aux responsables syndicaux d’exercer pleinement leur mandat en partie à distance, en évitant un certain nombre de déplacements inutiles. “On a de plus en plus de responsables en demande d’un équilibre entre travail, famille et responsabilité. Il faut en tenir compte et proposer des moyens innovants inspirés de ce qu’on a fait pendant le confinement”, explique Joël Piganiol.

(1) Sur l’emploi, le photovoltaïque surbâtiments, via le Gac (groupement d’achats)...

Nouveau bureau

C’est un exécutif rajeuni qui a été élu le 20 juillet à Pierrefort. Président : Joël Piganiol (Sénezergues). Secrétaire générale : Delphine Freyssinier (Trizac). Vice-présidents : Brigitte Troucellier (Saint-Cernin), Patrick Bénézit (Saint-Martin-sous-Vigouroux), Jean-Paul Peyral (Siran), Patrick Escure (Arnac). Secrétaires généraux adjoints : Jean-Louis Mialet (Pailherols), Géraud Fruiquière (Drugeac). Trésorier : Hervé Lavergne (Rouffiac). Trésorier adjoint : Jean-Marc Crespin (Val d’Arcomie). membres : Bruno Dufayet (Mauriac), Éric Fabre (Saint-Cirgues-de-Malbert), Gilles Amat (Ségur-les-Villas), Guy Touzet (Coltines), Jean-Michel Fages (Saint-Simon). Membres de droit : Mathieu Théron (JA), Pierre Cusset (commission statuts et conflits

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union du Cantal se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,